Alana CAMUS HOLLAND, original vocalist, lyricist & composer, chanteuse novatrice, parolière & compositrice.
Vague.
Ancre.
Albatro.

They still matter

English


During all these years of uncertainty and expectations, several magnificent composers made the road easier. Five, in the classical field, talk more specially to my soul, my heart and my mind: Johannes Brahms, Frédéric Chopin, Henry Purcell, Piotr Ilitch Tchaïkovsky and Claude Debussy but very different, from the last 40 years of modern electric music, four fantastic songwriters, vocalists and, for one of them, also outstanding guitar player, even today, deserve your personnal care: so many of their songs and opuses keep on shining, probably brighter if possible than the day they were issued.

The great Ray Davies as the perfect chronicler of British progress and suffering wrote and, highly voiced, performed with a unique backing, his band, the legendary Kinks, a collection of albums between 1964 and 1964 that all celebrate with humour life, courage and a difficult search of happiness. I will mention some of my “all time” favourites: “Face to face” (1966), “Arthur” (1969), “Muswell hillbillies” (1971), “Misfits” (1978).

— From the early days of the Animals in Newcastle, with fellow explorers, the New Animals in the States, later, still there, with War and til' the mid 80's, back in Europe, the black voice and sincere words of Eric Burdon drew a panorama where deep emotions, love, solitude and fights for justice are always bathed by social history and faith in human kind. “Animalism” (1966) is the quintessence of clear, inspired rhythm and blues, it's impossible to neglect, forget or part this saga of 4: “Winds of change” (1967), “The twain shall meet” (1968), “Every one of us” (1968), “Love is” (1969). Passing the seventies and early 80's, rediscover “Sun secrets” (1974), “Survivor” (1978), “Darkness darkness” (1980).

— Los Angeles was the starting point for three prodigal flights: The Doors and Jim Morrison ascended with 7 beautiful albums, Spirit allowed Randy California and Ed Cassidy to innovate, realizing a symbiosis between jazz, melodics arpeggios and, thru' rock structures, almost symphonic buildings while, first of all, Arthur Lee, with the Grass roots he later renamed simply Love, in North American music a totally original concept: delicate Spanish and Mexican tendancies on a country-rock rhythmic basis, wrapped quite often in a subtle strings of winds' mantle but added to this grew a new form of lyrics no one before Arthur Lee (and very few later) ever tried to express: a cross between today and feelings, memories and thinking, dreams and previous life's perception. Six albums came between 1966 and 1971, the first four are pure gems: “Love” (1966), “Da capo” (early 1967), “Forever changes” (later in 1967), rightly considered as one of the best albums recorded in rock & pop history and “Four sail” (1968). The last two, more speed-rock oriented keep the same quality of lyrics. There's also an extraordinary single: “The laughing stock”/“Your mind and we belong together”, released after “Forever changes”. In the early seventies, after very bad moments due to personnal problems, excessive pressure and drugs' addiction, Arthur Lee made an interesting come back with 2 solo albums, later attempted to revive the old Love but the magic touch was lost and he retired from the music scene about 20 years ago. His own drama was not over: having maintained relationships with various outcasts and marginal friends, he agreed to keep at his place prohibited guns and ammunitions. Denounced, he was condemned for what Europe regards as a limited offence to life imprisonment! All the music business forgot him and he despaired for quite a time behind bars while his records (with Love) were regularly re-released and re-mastered. Please, give Arthur Lee a new chance: by listening to his works at first: his strange voice, nice arrangements and vibrant melodies, his unequalled stories. Assisting to his concerts after he had regained his full freedom and was able again to present the best of himself by his music is now, alas, impossible for he has left this world, due to leucemia, in August 2006, but the great records by Love will always remain.

— Was it, in the 20th century, an expression of the red tribes, something escaping reservations, typical folklores and critics' racism, something absolutely new while never cut from the ancestors' beat? Yes, a man has made it, he has invented all in a new form of art called rock and roll. Before Chuck Berry, Elvis Presley, is born the red rhythm of future age. With a guitar in his hand, from 50 years or more, plays and sings the Shawnee wizard re-untiting earth, stars and the sky: his name, Link Wray [1] [2] [3]. Despite infected T.B. contacted in Korea wich took one of his lungs, he has managed to sing again and God, what a voice... powerful, without any limit, dedicated, attentive and friendly. Link's numerous recordings have become legends, I mean mainly his instrumental works issued between 1954 et 1966 but, in my darkest hours, I've found more than a remedy, instant renewal, it makes me move, dance and believe again, all this provided by Link's albums of the 70's. It's hard to make a choice, I'm gonna try: “Link Wray” (1970), “Be what you want to” (1973), “The Link Wray Rumble” (1974), I feel as the greatest rock album ever made, “Bullshot” (1978) plus the splendid “Live at the Paradiso” (1980). In the eighties, fed up and disgusted by much of the States' evolution, the wise red man came to live in Denmark. At 76 years of age, he had to be known and appreciated by every sincere music lover. Electric guitar has become universal langage, Link Wray leads the course on this earth and in the sky where he is now, I'll never thank him enough, his splendid conscience will always be with us.

Indeed, open minded listeners and readers of my own offers in art, you have a good background already, it would be yet a garden of unpredicted delights if you select and add to your knowledge this bunch of four:
Ray Davies & the Kinks, Eric Burdon with Animals, New Animals, War or his band, Arthur Lee & Love, Link Wray...

Ils comptent toujours

Français


Durant toutes ces années d'incertitudes et d'espoirs, plusieurs magnifiques compositeurs ont rendu la route moins pénible. Cinq dans le domaine classique, parlent plus directement à mon âme, mon coeur et mon esprit: Johannes Brahms, Frédéric Chopin, Henry Purcell, Piotr Ilitch Tchaïkovsky et Claude Debussy mais, très différents, venus des 40 dernières années de musique électrique moderne, quatre fantastiques auteurs/mélodistes, chanteurs et, pour l'un d'entre eux, également extraordinaire guitariste, même aujourd'hui, méritent toute votre attention: tant de leurs chansons et de leurs opus continuent à briller, sans doute même, si cela est possible, avec plus de force que le jour où ils furent mis sur le marché:

Le grand Ray Davies, parfait chroniqueur des progrès comme des souffrances britanniques, a écrit et, avec une voix haut perchée, interprété avec un soutien sans pareil, celui de son groupe, les légendaires Kinks, une collection d'albums entre 1964 et 1985 qui tous célèbrent avec humour la vie, le courage et une difficile recherche du bonheur. Je mentionnerai ici quelques uns de mes préférés de toujours: “Face to face” (Face à face) (1966), “Arthur” (1969), “Muswell hillbillies” (complaintes du vieux Muswell) (1971), “Misfits” (Désaxés) (1978).

— Depuis les premiers jours des Animals à Newcastle, avec ses compagnons d'exploration, les New Animals aux Etats Unis, plus tard, toujours là bas avec War et, jusqu'au milieu des années 80, de retour en Europe, la voix noire et les mots sincères d'Eric Burdon dessinent un panorama où les émotions profondes, l'amour, la solitude et les combats pour les justice sont toujours baignés d'histoire sociale et de foi dans le genre humain. “Animalism” (1966) est la quintessence du rythm & blues clair et inspiré, il est impossible d'ignorer, d'oublier ou de fractionner cette saga en quatre épisodes: “Winds of change” (Les vents du changement) (1967), “The twain shall meet” (Les extrêmes se rencontrent) (1968), “Every one of us” (Chacun d'entre nous) (1968), “Love is” (L'amour règne) (1969). Franchissant les années 70 et le début des années 80, redécouvrez “Sun secrets” (Les secrêts du soleil) (1974), “Survivor” (Survivant) (1978), “Darkness darkness” (Epaisses ténèbres) (1980).

— Los Angeles fut le point de départ de trois envols prodigues: les Doors et Jim Morrison s'élevèrent avec sept beaux albums, Spirit permit à Randy California et Ed Cassidy d'innover. Ils réalisèrent une symbiose entre le jazz, les arpèges mélodiques et, au travers de structures rock, des édifices quasi symphoniques alors que, premier de tous, Arthur Lee, avec les Grass roots qu'il rebaptisa plus tard simplement Love, apporta dans la musique nord américaine un concept totalement original: des tendances espagnoles et mexicaines sur une base rythmique country-rock, très souvent enveloppées d'un manteau d'instruments à cordes et à vents subtils. Mais, en plus de cela, se développait aussi une nouvelle forme de paroles que personne avant Arthur Lee (et bien peu depuis) n'avait essayé d'exprimer: un croisement entre le quotidien et ses sentiments, les souvenirs et la pensée, les rêves et la perception de vies antérieures. Six albums parurent entre 1966 et 1971, les quatre premiers sont de purs joyaux: “Love” (1966), “Da capo” (début 1967), “Forever changes” (Changements irréversibles) (plus tard en 1967), considéré avec justesse comme l'un des meilleurs albums enregistrés dans l'histoire du rock et de la pop et “Four sail” (Ils sont quatre à naviguer) (1968). Les deux derniers, plus tournés vers le speed-rock, gardent la même qualité de paroles. Il y a aussi un 45 tours époustouflant: “The laughing stock” (L'objet de risée)/“Your mind and we belong together” (Ton esprit et nos êtres s'appartiennent) mis en vente après “Forever changes”. Au début des années 70, après de très mauvais moments dus à des problèmes intimes, à trop de pression et à la dépendance vis à vis des drogues, Arthur Lee fit une réapparition digne d'intérêt au travers de 2 albums solos, il tenta plus tard de réanimer le vieux Love mais la touche magique qui lui était propre s'était enfuie et il quitta la scène musicale voici environ 20 ans. Son drame personnel n'était pas fini: ayant maintenu des relations avec des hors la loi et amis marginaux, il accepta de garder chez lui des armes et munitions prohibées. Dénoncé, il fut condamné pour ce que l'Europe estime un délit modéré à la prison à vie! Le monde musical l'avait complètement oublié et il désespèra longtemps derrière les barreaux pendant que ses disques (avec Love) étaient régulièrement remis en circulation après re-mastering. S'il vous plait, donnez une nouvelle chance à Arthur Lee: en écoutant ses œuvres tout d'abord: sa voix étrange, ses élégants arrangements, ses mélodies vibrantes, ses histoires inégalées. Assister à ses concerts après qu'il eut pleinement retrouvé sa liberté, exprimant le meilleurs de lui-même par sa musique est désormais, hélas, impossible car il a quitté ce monde à cause d'une leucémie en août 2006. Les superbes disques de Love resteront fort heureusement toujours vivants.

Y eut-il, au 20ème siècle, un mode d'expression pour les tribus rouges, quelque chose qui échappe aux réserves, aux folklores typiques et au racisme des critiques, quelque chose d'absolument nouveau mais sans aucune rupture d'avec la pulsation des ancêtres? Oui, un homme l'a fait, il a tout inventé dans une nouvelle forme d'art appelée rock and roll. Avant Chuck Berry, Elvis Presley, est né le rythme rouge des âges futurs. Sa guitare à la main, depuis plus de cinquante ans, joue et chante le sorcier Shawnee qui réunit la terre, les étoiles et le ciel: son nom, Link Wray [1] [2] [3]. Malgré une tuberculose infectieuse contractée en Corée, lui faisant perdre un poumon, il a réussi à re-chanter et Dieu, quelle voix... puissante, sans aucune limite, recueillie, pleine d'attention et de convivialité. Les nombreux enregistrements de Link sont devenus des légendes, j'entends par là, surtout, ses morceaux instrumentaux sortis entre 1954 et 1966 mais, dans mes heures les plus sombres, j'ai trouvé mieux qu'un remède, la jouvence instantanée qui me fait bouger, danser et croire, tout cela grâce aux albums de Link des années 70. Il est difficile d'en privilégier, pourtant je vais tenter de le faire: “Link Wray” (1970), “Be what you want to” (Deviens ce que tu désires être) (1973), “The Link Wray Rumble” (1974), que je ressent comme le plus grand album de rock jamais réalisé, “Bullshot” (1978) plus le splendide “Live at the Paradiso” (1980). Dans les années 80, désabusé et dégoûté par bien des aspects évolutifs des Etats Unis, le sage homme rouge vint vivre au Danemark. A 76 ans révolus, il se devait d'être connu et apprécié par tout amateur de musique éclairé. La guitare électrique est devenue un langage universel, Link Wray en conduit le parcours sur terre et dans le ciel, je ne le remercierai jamais assez, son esprit sera toujours avec nous.

Bien sûr, auditeurs et lecteurs à l'esprit ouvert qui découvrez mes propres offres artistiques, vous avez déjà de sérieuses références, ce serait pourtant un jardin de délices imprévus si vous choisissiez de joindre à vos connaissances ce bouquet aux quatre parfums:
Ray Davies et les Kinks, Eric Burdon avec Animals, New Animals, War ou son dernier groupe, Arthur Lee et Love, Link Wray...