Alana CAMUS HOLLAND, original vocalist, lyricist & composer, chanteuse novatrice, parolière & compositrice.
Vague.
Ancre.
Albatro.

09
Michael's ride

English


This song is dedicated to Michel (Michael) Milliner, a musician full of promise, born on the isle of Sein (off Brittany coast), he was also a wise counsellor for many individuals. He was murdered in a street of Brest on Whitsunday's tomorrow 1983 by a so called “vigilant of moral order”. Since then, a star in Sirius constellation shines much more clearly above the city he departed from and it guides his friends to hope and certitude.

Part 1

Thru' the tricky sounds, along tenements' cranks,

a nimble reunion, by fair means, off the sands,

carried over your blues to a subtle haven.

At the end of the stairs, kissing the clouds,

a stellar parlour saved the aims, stanched hurts,

Michael's gone.

The T-V cradles dogs so well,

some Sirius garlands accost a little farm

on this edge of the road where cars slant, near the barn,

fancies dwell the abode,

the enchanted murmurs, Moon forwards.

Reluming Sane above telluric rents,

lighters direct their cones thru' the sounds, off the sands,

the discerning pilot from the salvage vessel

ease the souls in distress, lead the beams near the banks.

Chorus 1

Ponent heaves' shepherds, long is the way...

Travels shook these heads circulating mains.

Seize the buoy, breathe hard, stunted days expire.

Michael's isle points to the marvellous train.

Part 2

Widen scopes beyond space, harbour gems.

Your smile knitted the routes, your advice speeds the airs.

With her Spanish lenses, Isabel relieved thoughts,

the jet's peal cradles domes,

soothing rain yields good fords.

Jolly partners raised aboard this burden.

Foremen bewitch the stage, sharks' hunter slings: “Do it!”.

Trantax[1] oils, the dan yells, guitars string the omen.

The milliner of stars grants the chimneys' talkings.

Chorus 2

Ponent heaves' shepherds, long is the way...

Travels shook these heads circulating mains.

Seize the buoy, breathe hard, stuffy days expire.

Michael's isle points to the marvellous train.

Final theme

Lunacy raps the kind, occurence felt remorse.

Whitsunday's tomorrow, grieves affect mercury.

Michael, ride on, steer, show me the sheets' anchor.

Adamant, cross the welkin,

master all the trains of courage

over stints.

First writing: October 1983, rebuilt in December 1986.


[1] Trantax: a mythical circus performer, expert with wild beasts, whose name is borrowed by a young musician, one of Michael's friends.

 

09
La course de Michel

Français


Cette chanson est dédiée à Michel Milliner, musicien prometteur, natif de l'île de Sein et pour beaucoup, sage conseiller. Il fut assassiné dans une rue de Brest le lundi de Pentecôte 1983 par un soi disant “vigilant de l'ordre moral”. Depuis, une étoile de la Constellation de Sirius brille beaucoup plus nettement au-dessus de la ville dont il est parti et elle guide ses amis vers l'espoir et la certitude.

Partie 1

Dans les passages ardus, le long des pâtés d'immeubles et de leurs détours,

un petit groupe alerte, par d'aimables moyens, hors des châteaux de sable et de tout engluement,

transportait votre blues vers un havre subtil.

Au dernier palier, touchant aux nuages,

un salon astral sauvait les intentions et pansait les blessures,

Michel s'en est allé.

La télé berce si bien les chiens,

que, depuis Sirius, quelques guirlandes accostent une petite ferme,

sur ce côté de la route où les voitures, près de la grange,

sont rangées en oblique, les imaginations peuplent le logis,

l'enchantée y murmure, la lune prête assistance.

Facteurs sains d'illumination, à nouveau, au dessus des déchirures de l'écorce terrestre,

les allumeurs de faisceaux orientent leurs cônes à travers les passages, loin des bancs de sable,

le pilote judicieux du canot de sauvetage

soulage les âmes en détresse, emmène près du rivage membrures et optimisme.

Refrain 1

Bergers de la houle du Ponant, comme la route est longue...

Les voyages ont bouleversé proues et têtes sur bien des océans.

Saisis la bouée, respire fort, les jours rabougris font naufrage,

l'île de Michel se tourne vers la traînée merveilleuse.

Partie 2

Elargis ta vision par delà l'espace, accueilles en les joyaux.

Ton sourire confortait les parcours, tes conseils insufflent leurs vitalités aux airs.

Avec ses lentilles d'approche espagnoles, Isabelle apaisa les soucis,

le bruit du carillon, sous un ciel aux couleurs de jais, berce les toitures,

une pluie douce génère les bons gués.

D'humeur joviale, plusieurs partenaires ont embarqué pour alléger ce fardeau.

Les chefs de leur équipe re dimensionnent la scène, le chasseur de requins lance: «Allez y!».

Trantax[1] huile, le traîneau part en hurlant, des guitares renforcent les accords du présage.

Le modiste des étoiles accrédite les paroles que les cheminées ont guidées.

Refrain 2

Bergers de la houle du Ponant, comme la route est longue...

Les voyages ont bouleversé proues et têtes sur bien des océans.

Saisis la bouée, respire fort, les jours rabougris font naufrage,

l'île de Michel se tourne vers la traînée merveilleuse.

Thème final

La folie frappe en son for le Juste, la malchance fut bourrelée de remords,

à chaque lundi de Pentecôte, le chagrin accable Mercure.

Michel, poursuis ta course, tiens la barre, montre moi pour ces feuilles et ces draps la bonne ancre,

indestructible, à travers la voûte céleste,

conduis toutes les traînées du courage

par delà les contraintes d'ici bas.

Première écriture: octobre 1983, reconstruite en décembre 1986.


[1] Trantax: un personnage mythique dans l'univers du cirque, expert quant aux animaux sauvages, dont le nom est emprunté par un jeune musicien, l'un des amis de Michel.