Alana CAMUS HOLLAND, original vocalist, lyricist & composer, chanteuse novatrice, parolière & compositrice.
Vague.
Ancre.
Albatro.

07
Flying dutchmen

English


Verse 1

The window's sash kept on swinging

when rehearsals started at four in the afternoon.

Folded arms shaped upon the strings

delicate lace, senses off shore transmuted in blooms.

Looneys blundered out, trumperies rolled

at the electric trends' ball.

Fancied mates soak'd, heap'd archetypes' sounds

wasting turns repeated bounds.

Chorus 1

Misty waters spread the lucks

tippled storms discarded butts.

Fumes involve flying Dutchmen

stands hid names, reef scented bands

Verse 2

Poor little fairy looked so strained.

Wrinkles lowed lips hairs slightly edged

till she tried to dance.

Janus forms, Pan dons had eased reins,

inspiring roams Chronicler tuned in harmonic ramps.

Twilights offer dice, models feed hearts

with ideals, bridge end furs, smacks

this intimate drift, feminine touch.

Transit flames soften wits'pledge.

Chorus 2

Misty waters spread the lucks

tippled storms discarded butts.

Fumes involve flying Dutchmen

stands hid names, reefs scented bands.

Verse 3

Honeyed ears framed, hits seamed dumps' fares

helpers scant terms, played hums deafen,

wanton draughts keep shares.

Mouldings douse, lurches bolt ahead

trimmers' options capes seized all spells

between Vesper strands.

May winds and Rockfield's sunny trills

send by needled rears a way.

Near fortunes in exile,

earlier, Wales' odes redeemed

when, magical, regards concurred,...

Chorus 3 (and last exposition)

...purified flying Dutchmen

good senses twice liberated the bands.

Asunder, storms spread the lucks

misty waters gaged,

tacking about their butts.

First writing: December 1984, reviewed in April 1988.

07
Hollandais volants

Français


Couplet 1

La fenêtre sur son cadre sans cesse se balançait

lorsque les répétitions commençaient à quatre heures de l'après-midi.

Des bras ployés sur le chevalet façonnaient

une dentelle délicate que nos sens, loin du rivage, transmuaient en fleurs.

Les lunatiques bredouillèrent, mesquins furent les roulements

au bal des adaptateurs électriques.

De faux copains, titubant, amassaient des sonorités d'archétypes

dont d'épuisants triolets démontrèrent les limites.

Refrain 1

Les eaux brumeuses ont éparpillé les hasards propices,

des tempêtes ivres ont rejeté les menaces qui pesaient sur eux.

Des fumées enveloppent ces hollandais volants,

des escales forcées en ont caché les noms, des ris et des brisants ont parfumé leurs liens.

Couplet 2

La pauvre petite fée paraissait si tendue.

Des rides abaissaient ses lèvres qu'ourlaient légèrement des poils

jusqu'à ce qu'elle se risque à danser.

Les formes de Janus[1] qu'habille parfois Pan[2] venaient de lui lâcher la bride,

inspirant des promenades que la chroniqueuse accorda en projections harmoniques.

Les crépuscules proposent leur dés, des images exemplaires nourrissent les cœurs

d'idéaux, le bout du pont double de fourrure et donne son avant-goût

à cette dérive intérieure, signe de féminité.

Les coups de foudre transitoires rendent moins sévères les conciliabules aux esprits d'à propos.

Refrain 2

Les eaux brumeuses ont éparpillé les hasards propices,

des tempêtes ivres ont rejeté les menaces qui pesaient sur eux.

Des fumées enveloppent ces hollandais volants,

des escales forcées en ont caché les noms, des ris et des brisants ont parfumé leurs liens.

Couplet 3

Riche en souvenir de mots caressants, le thème prit corps, les tristes rencontres le lestèrent,

plusieurs accompagnateurs restreignent sa portée que leurs lourds doigtés assourdissent,

les ébauches capricieuses prennent leurs parts.

D'autres moulages se risquent, leurs embardées affirment,

pour les arrangements, l'option d'une symétrie dont les caps avaient trié par ordre d'importance

tous les sortilèges entre les échouages qu'apportait le soir.

Puissent les vents et les trilles ensoleillées de Rockfield[3]

envoyer par les pointes de lecture dans les pièces de l'arrière l'indication d'un chemin.

Près des destinées en exil,

bien plus tôt, les Odes de la Terre des Marques[4] ont agi en rédemptrices

quand, magiques, regards et attentions coïncidèrent,...

Refrain 3 (et dernière exposition)

...purifiant des Hollandais volants

dont les élans naturels, par deux fois ont dénoué les liens.

En se dissociant, les tempêtes éparpillent les hasards propices

que les eaux brumeuses avaient offert en gages

alors qu'ils louvoyaient près de leurs objectifs.

Première écriture: décembre 1984, revue en avril 1988.


[1] Janus: personnage mythologique, gardien des portes de l'ailleurs, aux deux visages, l'un renfrogné et abaissé, l'autre rayonnant de joie.

[2] Pan: le dieu de la danse dans l'ancien monde grec, représenté avec un aspect très velu.

[3] Rockfield: littéralement “le champ au rocher”, le studio légendaire de Dave Edmunds au Pays de Galles d'où sont sorties notamment les chansons, sur l'album “Riff raff” qui furent des références de départ dans la composition de Flying dutchmen.

[4] Wales veut dire originellement les marques, celles du commencement de la vie sur l'île britannique et c'est aussi le nom en anglais du “Pays de Galles”.